Bilan de la concertation pour la réouverture de la ligne Alès-Bessèges

Soumis à la concertation publique en avril 2021, le projet de réouverture de la ligne ferroviaire Alès-Bessèges vise à désenclaver les territoires ruraux du nord de l’agglomération alésienne, après dix ans de suspension.

La politique régionale en faveur de mobilités plus économiques et écologiques, initée par les Etats Généraux du Rail et de l’Intermodalité (EGRIM) puis déclinée dans le Plan Rail 2020-2030, a fixé comme prioritaire la réouverture de la ligne entre Alès et Bessèges, pour désenclaver les territoires ruraux dans le nord de ce département.

Mise en service en 1857, cette liaison ferroviaire avait été suspendue aux circulations de voyageurs en juillet 2012 pour des motifs de sécurité.
Son projet de réouverture, porté par la Région Occitanie en partenariat avec SNCF Réseau, est mis sur les rails après la concertation publique d’avril 2021. Cette étape réglementaire décisive dans la réalisation du projet, a permis aux habitants, usagers et collectivités d’être informés et de donner leur avis. La future desserte permettra de relier l’agglomération d’Alès à Bessèges en 40 minutes environ, avec 7 allers/retours par jour et neuf haltes d’arrêt aux normes d’accessibilité PMR : la gare d’Alès déjà ouverte aux voyageurs et les sept points d’arrêt historique que sont Salindres, Saint-Julien-de-Cassagnas, Saint-Ambroix, Molières-sur-Cèze, Gammal, Robiac-Rochessadoule et Bessèges.
La nouvelle politique d’arrêt prévoit la création d’une halte « Alès-Lycées » au cœur du quartier des Prés-Saint-Jean à Alès, pour faciliter la mobilité des lycéens et collégiens.

Création de quatre Pôles d’échanges multimodaux

Quelques chiffres

66 à 68 millions d’euros
c’est le coût total estimé à ce stade du projet.

Comme l’autorise la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM), la Région Occitanie qui finance déjà 100 % des études menées, souhaite assurer à titre expérimental la maîtrise d’ouvrage pour la réouverture de la ligne Alès-Bessèges. Ce transfert de gestion d’infrastructures ainsi que des bâtiments voyageurs, doit permettre d’accélérer la réouverture de la desserte aux voyageurs, après dix ans de suspension.

Afin de favoriser l’intermodalité, la desserte sera interconnectée au réseau ferroviaire liO avec la création de quatre Pôles d’Echanges Multimodaux (PEM) à Alès-Lycées, Salindres, Saint-Ambroix et Bessèges. Ils permettront aux voyageurs de diversifier leurs modes de transport : trains et autocars du réseau régional liO, bus, vélo, covoiturage du réseau ALES’Y, avec des places de stationnement dédiées.